Navigation – Plan du site
Deuxième partie – Évolution des lieux et des territoires

La troisième révolution touristique – Évolution des lieux et des territoires

Philippe Duhamel

Texte intégral

1La troisième révolution touristique peut également être observée par l’évolution des lieux et territoires. L’époque contemporaine, depuis les années 1980, solde progressivement la conquête touristique du monde. L’écoumène touristique, c’est-à-dire l’espace habité temporairement par les touristes, est plus vaste que l’écoumène investi par les résidents, c’est-à-dire des habitants permanents. Aucun lieu n’échappe au tourisme. Cela constitue une première caractéristique de notre époque qui montre que, de Tahiti à la Russie en passant par les zones polaires, un monde touristique se construit pleinement.

2Parallèlement, même si l’on constate de réelles et profondes permanences, le phénomène touristique, né au xviiie siècle, n’a cessé de se transformer, de se complexifier avec l’apparition de nouvelles clientèles, de nouvelles attentes et de nouveaux produits et outils. Sans constituer une révolution, ces évolutions apportent leur lot d’adaptations nécessaires qui, petit à petit, ne changent pas que les contours du phénomène que nous observons. Et cette situation soulève un certain de nombre de questions fondamentales sur la compréhension des processus à l’œuvre, pour le tourisme, les acteurs et les territoires. Cette partie vise à aborder quelques éléments de ces nouveautés dans la relation entre tourisme d’une part, lieux et destinations d’autre part.

3La question de la « mise en tourisme » de nouveaux lieux, de nouvelles destinations ne sera pas abordée ici. En revanche, il s’agira de s’interroger sur la performance des lieux touristiques à le rester alors que le tourisme et le monde ont changé radicalement, avec un renouvellement fort des contextes économiques, sociaux, politiques et idéologiques.

4Sur ce dernier aspect, trois textes confrontent l’évolution des lieux touristiques au développement durable et au changement climatique. Ainsi, à partir du cas de Bora-Bora Caroline Blondy aborde toutes les ambiguïtés d’un tourisme durable dans cette île en montrant que ce qui peut apparaître comme « positif » ne l’est pas pleinement et que ce qui peut sembler « négatif » par ses conséquences peut constituer un trompe-l’œil. Sylvine Pickel-Chevalier et Burdama Ketut posent autrement cette question et confrontent les lectures mondiale et locale de cette notion à travers le cas balinais. Les travaux de d’Emmanuelle George-Marcelpoil, Coralie Achin, Gabriel Fablet et Hughes François abordent ces enjeux mondiaux sous l’angle des changements climatiques : dans le contexte montagnard, l’évolution cruciale de l’enneigement conduit à des scénarios contrastés pour les stations, distinguant radicalement haute montagne et moyenne montagne. Cela redéfinit pleinement la gouvernance de ces territoires où les enjeux du foncier et de l’immobilier deviennent centraux.

5Anouck Bonnemains et Ekaterina Andreeva-Jourdain abordent aussi l’évolution des pratiques sociales dans ce contexte de mondialisation : la première s’intéresse à la personnalisation des produits ajustés aux touristes dans le contexte dit « standardisé » des stations de ski, alors que la seconde opte pour une lecture des nouveaux comportements des Russes en Russie, alimentant ainsi une problématique centrale dans le contexte actuel : l’accès au tourisme des sociétés émergentes.

6Mais son travail porte aussi sur une autre problématique forte pour les destinations : comment maintenir un attrait touristique dans un environnement souvent qualifié de concurrentiel. La réponse apportée est celle de la diversification, qui semble être un enjeu ancien et historique comme le montre Steve Hagimont dans son analyse de Luchon au tournant des xixe et xxe siècles.

7Enfin, les articles d’Emmanuelle George-Marcelpoil et alii, Ekaterina Andreeva-Jourdain et de Christophe Guibert et Vincent Coëffé viennent alimenter la réflexion sur le jeu des acteurs dans la gouvernance et la conduite des territoires. Si les deux premiers textes abordent le rôle des acteurs publics (État et collectivités territoriales) en plus des thèmes déjà évoqués, la réflexion des derniers montre également la place importante que tiennent les actions du secteur privé dans le cas précis du surf, ici à travers l’évolution de la côte nord de l’île d’Oahu (Hawaï).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Duhamel, « La troisième révolution touristique – Évolution des lieux et des territoires », Mondes du Tourisme [En ligne], Hors-série | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://tourisme.revues.org/1263

Haut de page

Auteur

Philippe Duhamel

UFR ESTHUA, Tourisme et Culture – Géographie - UMR 6590 CNRS ESO-Angers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mondes du tourisme est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Portail Espaces
  • Revues.org