Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Lectures critiques

Émilie Flon, Les mises en scène du patrimoine. Savoir, fiction et médiation

coll. “Communication, médiation et construits sociaux”, Hermès science/Lavoisier, 2012
Daniel Schmitt
p. 107-108
Référence(s) :

Émilie Flon, Les mises en scène du patrimoine. Savoir, fiction et médiation, coll. “Communication, médiation et construits sociaux”Hermès science/Lavoisier, 2012.

Texte intégral

1Émilie Flon s’interroge dans son ouvrage sur la mise en scène du patrimoine dans les musées, question importante pour elle, parce que les technologies de médiation (audioguides, graphisme, films, réalité augmentée, etc.) permettent de produire aujourd’hui des effets de vérité tout autant que des effets de fiction. Du point de vue des maîtrises d’ouvrage et parfois des institutions muséales elles-mêmes, les objectifs de fréquentation invitent à favoriser la médiation fictionnelle et émotionnelle, au risque d’entretenir une certaine confusion avec la dimension documentaire et scientifique du patrimoine.

2L’auteur montre qu’au contraire l’illusion du passé peut servir l’accès au passé et renforcer l’action des autres médiations, notamment celles des citations, des documents sources, des “expôts” (objets et documents présentés à la vue du public) et donc contribuer à la diffusion d’une démarche scientifique autour du patrimoine. Ainsi, loin de se concurrencer, sous certaines conditions, ces deux types de médiation – fictionnelle et scientifique – peuvent se compléter et s’enrichir : l’une contextualise les objets de patrimoine et l’autre inscrit ces objets comme des indices du passé dans le présent.

3À partir de plusieurs dispositifs de médiation présents dans des expositions d’archéologie (musée départemental de Préhistoire d’Île-de-France, musée du Pont du Gard et musée de Pointe-à-Callière à Montréal), Émilie Flon analyse les articulations et les tensions entre régime fictionnel et régime documentaire. Elle identifie les composants des dispositifs, les “ferments narratifs” (récit en germe), les registres narratifs. Elle recense les points de vue possibles, le découpage des différents plans d’une scène visuelle, les sens de lecture, les enchaînements des positions du regard, les trajectoires et les combinaisons de lectures. Elle explore les jonctions et les disjonctions, les inclusions ou les ruptures des images et de la narration formelle. Elle examine les articulations des registres, la contiguïté et la successivité spatiale, les opérateurs d’intégration pour lier les différentes unités, registres ou statuts et nous livrer ainsi le processus de construction de sens mis en œuvre par les visiteurs.

4Son approche revalorise les mises en scène du patrimoine comme des dispositifs qui participent efficacement de la diffusion des savoirs scientifiques. Dans la mesure où la représentation fictionnelle est parfaitement identifiable, il y a selon Émilie Flon enrichissement des modalités de réception soit par immersion, soit par distanciation. De plus, et c’est là un point important à souligner, son travail savant et inventif offre aux praticiens des musées une méthode d’analyse capable de les aider à mieux identifier les processus d’interactions dispositifs-visiteurs. Ils disposent, dès lors, d’un lexique opérationnel pour construire une culture collective de l’analyse de ces dispositifs en ce qu’ils peuvent produire ou justement ne pas produire. Ce travail enrichit l’outillage conceptuel de l’exposition en tant que média et nous permet de revisiter sous un angle nouveau des expositions que l’on a qualifiées de façon parfois péjorative comme des “expositions spectacles”, pour signifier que la présentification du passé n’était qu’une illusion qui ne pouvait qu’entretenir des confusions entre la réalité des documents et la fiction.

5On pourra peut-être regretter que l’approche d’Émilie Flon ne prenne pas suffisamment en compte la dimension affective et émotionnelle de l’expérience des visiteurs dans le processus de construction de sens. De même, on pourra regretter que les descriptions des dispositifs par le chercheur relèvent d’un découpage du monde nécessairement singulier de celui-ci, qui ne peut prétendre se superposer aux découpages des visiteurs et, par suite, ne peut prétendre à un déterminisme systématique entre les dispositifs et l’expérience des visiteurs. Mais ne boudons pas notre plaisir, appartenir à une culture, c’est être prévisible, et ce postulat est probablement nécessaire pour mener à bien ce travail d’analyse des dispositifs de mise en scène. Il en ressort des propositions riches et des formalisations fécondes qui peuvent nous aider à concevoir des dispositifs de médiation, à analyser leur fonctionnement et éventuellement à imaginer des propositions de “remédiation”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Schmitt, « Émilie Flon, Les mises en scène du patrimoine. Savoir, fiction et médiation », Mondes du Tourisme, 9 | 2014, 107-108.

Référence électronique

Daniel Schmitt, « Émilie Flon, Les mises en scène du patrimoine. Savoir, fiction et médiation », Mondes du Tourisme [En ligne], 9 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://tourisme.revues.org/162

Haut de page

Auteur

Daniel Schmitt

Université de Valenciennes
[daniel.schmitt@univ-valenciennes.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mondes du tourisme est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Portail Espaces
  • Revues.org