Navigation – Plan du site
Recherche - Dossier : Tourisme créatif

Arts visuels et médiation d’un tourisme créatif : de l’expérience du voyage, de la pratique artistique et des “créatifs culturels”

Pascale Argod
p. 47-61

Résumés

Le tourisme créatif, qui repose sur une expérience active d’apprentissage permettant une co-création de l’expérience, devient une industrie créative à travers les arts et l’édition. La médiation, la narration et la personnalisation ont une position centrale dans ce type de tourisme affinitaire et personnalisé qui intègre la pratique artistique (artistes peintres, carnettistes et illustrateurs), les stages-voyages ou ateliers artistiques à l’étranger et les expériences polysensorielles in situ. Il s’agit en effet d’impliquer l’individu dans un processus créatif en interaction avec la destination et la population pour vivre l’expérience du “faire”. Le carnet de voyage est un objet et un vecteur de ce type de tourisme, expérientiel et créatif, car le touriste carnettiste est un “créatif culturel”, acteur de son voyage. Des développements territoriaux prennent forme à travers des projets de storytelling touristique, mais aussi grâce à des spécificités régionales – ainsi la région Auvergne s’appuie-t-elle sur le “creative space” Clermont-Ferrand, devenu un pôle international des arts visuels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Actes du colloque “Le tourisme à l’heure du touriste créatif”, Paris, 6-7 décembre 2012.
  • 2 Selon Paul H. Ray et Sherry Ruth Anderson, ils incarnent l’écologie, les valeurs féminines et une d (...)
  • 3 Exemple : le rassemblement de “Makers” au Maker Faire de Dublin.
  • 4 Greg Richards, Julie Wilson, “The creative turn in regeneration: creative spaces, spectacles and to (...)

1Le tourisme culturel et créatif est aussi un tourisme participatif et interactif, relationnel et social, qui repose sur une expérience active d’apprentissage encline à une co-création de l’expérience et qui combine interaction, stimulation, expérience et éducation. Il serait basé sur l’économie de l’expérience et celle de la transformation de l’environnement et de soi : la relation à soi, au monde et aux autres y serait centrale. Le tourisme créatif est “un tourisme qui offre aux voyageurs la possibilité de développer leur potentiel inventif en participant activement à des cours ou à des expériences caractéristiques de leur lieu de séjour” (Richards et Wilson, 2007a). La pratique des arts visuels et graphiques en voyage s’insère dans cette perspective puisqu’elle valorise l’apprentissage et le développement personnel à travers un voyage plus personnel, libre et authentique, en opposition aux voyages organisés et guidés. La forme d’exotisme culturel du touriste serait ainsi subordonnée au projet de la rencontre que prône le voyageur carnettiste. Le tourisme créatif repose en effet “sur la mise en relation, l’expérience authentique et vraie, l’autonomie et la créativité des individus. Le développement personnel et la co-création de culture sont les objectifs de ce tourisme orienté vers les loisirs et les arts1. Les “cultural creatives” ou “créatifs culturels”2 (Ray et Anderson, 2001), qui créent leur propre culture et expression personnelle, prôneraient cette dimension afin de mettre en avant l’être et l’autonomie. Il s’agit d’impliquer l’individu dans un processus créatif en interaction avec la destination et sa population pour vivre l’expérience du “faire”3 : en somme participer à des ateliers ou à des expériences formatrices qui s’inspirent de la culture de la destination de voyage. Il peut s’agir alors de mettre en valeur la culture locale et de sauvegarder des savoir-faire autant que de penser à son développement personnel. Le tourisme devient une industrie créative : “Dans les travaux sur le tourisme, un courant a émergé sur le tourisme créatif, de nature expérientielle, qui étudie comment la création est présente dans les pratiques des acteurs du tourisme” (Gombault, 2011). Aussi le voyage est-il valorisé par des productions de l’industrie culturelle mais aussi par les participants et les consommateurs qui diffusent leur expérience personnelle et dévoilent leurs impressions ; de l’autoédition au blog, ils sont les acteurs spontanés d’un marketing touristique expérientiel axés sur l’industrie créative de l’édition à l’audiovisuel. Par ailleurs, développer le tourisme régional grâce à l’industrie créative est un atout de la région Auvergne qui multiplient les festivals d’arts. Ce pôle international des arts visuels est donc un atout touristique régional qui marque un “creative turn4 de la ville de Clermont-Ferrand. Ainsi, des aspects liés aux arts visuels et plus particulièrement au carnet de voyage sembleraient démontrer ce phénomène de “tourisme industrie créative” (Gombault, 2011) et l’importance de la créativité (Richards et Wilson, 2007a) dans la communication touristique : la forme d’un voyage original fondé sur l’expérience, le médium créatif sur une destination, l’orientation d’un tourisme régional, une médiation touristique innovante et hybride. À partir d’une enquête auprès d’artistes organisateurs de voyage et carnettistes et d’un corpus tiré de l’édition, dont des carnets de voyage, nous essayerons de démontrer en quoi les arts visuels sont un objet et un vecteur du tourisme créatif, promu par un marketing expérientiel et sensoriel.

Médiation, narration et personnalisation d’un tourisme affinitaire

2L’esthétique des lieux et des sites alimente l’imaginaire touristique que les arts visuels et graphiques valorisent à travers le tourisme créatif. Nombreux sont les itinéraires touristiques qui mettent en œuvre l’expérience sensitive et la pratique artistique. Les sites naturels remarquables et les vues panoramiques ont été en effet les topoï des peintres : les Alpes pour les aquarellistes topographes anglais de Cozens à Turner, les littoraux et le Midi pour les impressionnistes. Aussi, depuis la veduta du xviiie siècle qui a lancé la vogue du souvenir du lieu visité, les arts visuels favorisent un type de tourisme axé sur la création et l’expérience polysensorielle in situ.

La pratique artistique intégrée dans le tourisme régional : des artistes peintres, des carnettistes et des illustrateurs

3Les dessinateurs naturalistes, comme les peintres, ont su à travers le carnet de voyage promouvoir l’environnement naturel régional et le tourisme local, notamment à travers la collection “Carnets du littoral” de l’éditeur Gallimard-Jeunesse. Des artistes naturalistes de renom l’illustrent, tels Alan Johnston5 pour La Baie du Mont-Saint-Michel, Denis Clavreuil pour Le Luberon : carnets des parcs naturels régionaux, ou le carnettiste Yvon Le Corre pour Le Cap Sizun. Les parcs régionaux, réserves naturelles et sites environnementaux d’exception y sont mis en valeur : Les Jardins du Rayol par Denis Geffroy-Dechaume, L’Île de Ré par Vincent Brunot, Faune et Flore en Martinique par Gaëtan du Chatenet. La collection, qui comprend vingt-trois titres édités de 1996 à 2000, cible un tourisme rural et naturel sur la Bretagne (huit titres) et sur le Midi (sept titres). D’autres carnettistes proposent des découvertes originales, comme Anne Bronner dans Les Vosges : carnet d’aquarelles, qui publie un Carnet de voyage à vélo du Parc naturel de Lorraine6, exposition accompagnée d’un atelier estival. Bruno Pilorget a proposé au printemps 2013 une découverte de la Bretagne à travers le regard de peintres japonais, en reprenant l’idée de l’éditeur Ouest-France qui a publié trois carnets de voyage sur la Bretagne vus par des peintres étrangers (chinois, russes, coréens). La route des peintres est en effet un enjeu du tourisme créatif, notamment en Bretagne depuis la publication, par le Guide du routard, d’itinéraires touristiques7. La découverte des jardins fait aussi l’objet de carnets de voyage, sur support papier : les dix titres de la collection “Carrés de jardin” chez Gallimard illustrés à l’aquarelle par Denis Clavreuil et par Fabrice Moireau, notamment pour les jardins renommés de Giverny et du Musée du quai Branly. Le support numérique est aussi concerné avec le projet “Détours [jardins] : balade numérique dans les jardins de Villeneuve-sur-Lot8”. Cette balade numérique sonore et visuelle relie plusieurs jardins de la ville de Villeneuve-sur-Lot et permet de déambuler dans des installations plastiques. La carnettiste Cathy Beauvallet nous offre une promenade dans la joute nautique de Sète. Commande de la municipalité, le carnet Sète : surprenant voyage (2005) promeut en effet l’image de la ville ainsi qu’un tourisme créatif et festif. Les carnets de spectacles, lancés par Cathy Beauvallet9 et exposés au 14e Rendez-vous du carnet de voyage10, pourraient être en effet le médium d’un tourisme créatif orienté vers les arts de la scène. Le concept “concert de dessins11” de Bastien Vivès, qui allie dessin et musique, triomphe depuis 2005 au Salon de la bande dessinée d’Angoulême et valorise la découverte musicale sur Bordeaux à travers la manifestation “Concerts dessinés” organisée par l’association Regard 912.

4De nombreux peintres évoquent une découverte touristique à travers une pratique artistique in situ. Ainsi, dès 2004, des ouvrages d’initiation à la peinture propose la découverte d’une région et de sites touristiques emblématiques : Yvon Carlo dans Peindre la Bretagne à l’aquarelle et Peindre les ports de Bretagne à l’aquarelle ; Dominique Darras dans Peindre la Flandre et la Côte d’Opale à l’aquarelle ; Marie-Madeleine Flambard dans Peindre la Provence à l’aquarelle. En fait deux collections de l’éditeur Ouest-France sont spécialisées dans cette approche : “L’itinéraire du peintre”, avec dix titres de 2004 à 2012, et “Regard d’artiste”, avec cinq titres de 2011 à 2013. À ces quinze titres s’ajoutent six ouvrages pratiques de création d’un carnet de voyage, publiés par des éditeurs de loisirs créatifs. De plus, les ateliers de pratique artistique accompagnent ce tourisme créatif (cf. le site de Paris Créatives13 qui recense ces ateliers sur la capitale).

Des stages-voyages à l’étranger, une individualisation du voyage

5Les carnettistes sondés14 parmi ceux qui exposent au Rendez-vous du carnet de voyage organisent des stages, à la fois voyages et ateliers d’été à l’étranger : Antonia Neyrins15 et Delphine Priollaud-Stoclet (Atelier de la Salamandre16) sont devenues des professionnels du tourisme créatif depuis une dizaine d’années. Delphine Priollaud-Stoclet a organisé des “voyages-ateliers” dans une vingtaine de pays (dont Cuba, le Sri Lanka, Zanzibar, les États-Unis, la Thaïlande et, pour 2012-2013, la Birmanie, la Crète et Santorin, Londres, le Maroc et le Ladakh en Inde), qui accordent six heures par jour de pratique artistique sur deux ou trois sites remarquables pour des séjours entre une semaine et dix-sept jours. D’autres carnettistes offrent des voyages-ateliers de manière plus exceptionnelle, comme Philippe Bichon et Philippe Rousseau. Au Maroc, Philippe Bichon propose depuis deux ans deux stages différents17 de quatre à cinq heures de pratique artistique, ouverts aux débutants : au sud, dans la vallée de l’Ounila, sur les pas de Jacques Majorelle, sous la forme d’une randonnée itinérante avec guide, mules et cuisinier, et au nord, à Moulay Idriss, dans la superbe maison d’hôte d’un ethnologue. Philippe Rousseau18 a organisé trois voyages en Russie dans le Transsibérien avec deux heures de pratique journalière. En France, les ateliers proposés sont nombreux, soit dans le cadre d’une manifestation artistique, soit en visite in situ, soit chez l’artiste : Anne Bronner organise depuis une quinzaine d’années des stages “carnet de voyage” et de peinture à l’acrylique (une douzaine au cours de l’année) dans plusieurs régions (Alsace, Lorraine, Vosges et Bretagne, Auvergne, Haute-Loire, région parisienne) pour la journée ou en week-end, mais aussi lors de festivals d’aquarelle comme celui de Brioude ou de Wassy. La plupart des stagiaires suivent l’atelier hebdomadaire de l’artiste, d’autres sont informés soit grâce au blog du carnettiste ou par la plate-forme Uniterre.com19, soit lors de l’organisation des festivals. Les compétences d’artiste d’Anne Bronner et de Delphine Priollaud-Stoclet sont recherchées par les agences de voyage afin d’encadrer des voyages de tourisme créatif. Atalante voyages et Orients sur les routes de la soie proposent en effet des “voyages au fil de la plume et du pinceau” animés par une artiste-carnettiste, telles Antonia Neyrins ou Martine Chantereau20 au Yémen, en Ouzbékistan, et surtout à Marrakech qui devient la destination par excellence pour ce tourisme (premier atelier lancé en 2002 par Chloé Fontaine21). Le voyage personnalisé, dans lequel le participant s’implique et devient actif par sa démarche créative et ainsi attentif au monde, est donc la promesse de rencontres authentiques donnée par le voyagiste. Pierre Croux, architecte et auteur de dix-huit carnets de voyage autoédités, organise des voyages en groupe dont il est le guide. Aussi, ses carnets qui retranscrivent les sites touristiques à découvrir, semblent-ils tendre vers le guide touristique riche de commentaires historiques et de conseils pratiques : l’image graphique du monument devient une explication visuelle et légendée sur le patrimoine. À noter que, depuis six ans en Italie, Stefano Faravelli organise des voyages artistiques à Vérone, dans le cadre de l’école des voyages de Turin, diffusés par deux sites22 : l’un à vocation commerciale et l’autre à vocation éducative, fédérés par Space Travel Notes, un espace d’enregistrement d’expériences de voyage23 et donc d’expressions de voyageurs. Plus largement en arts visuels, suite à l’ouvrage et à la série documentaire de Julien Malland24, le Street Art est devenu une niche du tourisme créatif, comme l’évoquent d’ailleurs Jeanne Thibord, Sidonie Garnier et François Le Gall dans Défense d’afficher25, un webdocumentaire sur le thème du Street Art à travers huit villes.

Expériences polysensorielles in situ

6Vu l’intérêt croissant pour le tourisme créatif en arts visuels, nous avons aussi sondé les carnettistes26 sur la plus-value et ce que l’atelier artistique pourrait apporter au voyage. D’après Delphine Priollaud-Stoclet, “voyager en conjuguant un tourisme créatif, intelligent et respectueux avec l’apprentissage du dessin offre une manière d’observer le monde avec un regard différent et de revenir avec un souvenir unique et personnel du voyage”, puisque cette forme favorise la rencontre avec des artistes locaux et donne le temps de “regarder autrement et vraiment les endroits traversés”. Anne Bronner évoque “une autre formule plus culturelle plus proche des peuples et du patrimoine qui incite à la convivialité à travers des dégustations culinaires et des moments d’échanges” et Philippe Bichon insiste sur le temps du voyage qui est celui de l’immersion dans la vie locale, “sans consommer du voyage” mais en voyageant au rythme du carnet car “il ne s’agit pas d’un stage intensif mais avant tout de découvrir un lieu plus intensément grâce au dessin”, alors que Philippe Rousseau approfondit la notion de “retour sur expérience” comme forme d’initiation à la recherche de soi et du “mystère de chaque culture”. Pour l’ensemble des carnettistes, le type de voyage proposé est axé surtout sur le partage, la rencontre, l’échange et l’expérience vécue par le stagiaire et se définit comme une interaction avec les autres grâce à l’expression. Si les femmes carnettistes insistent sur la notion d’expression, les hommes carnettistes privilégient la rencontre des autochtones. Delphine Priollaud-Stoclet conclut sur ses apports personnels : “une expérience humaine, des rencontres, la satisfaction de partager un savoir et un savoir-faire, la joie de voir mes stagiaires basculer dans l’addiction au dessin in situ.

Le carnet de voyage, objet et vecteur d’un tourisme créatif et expérientiel

  • 27 Franck Michel, Désirs d’ailleurs, Armand Colin, 2000.
  • 28 Selon les travaux des géographes de l’équipe MIT (Mobilités, itinéraires, tourismes), université Pa (...)

7Les lecteurs, ou les collectionneurs de carnets de voyage, se familiarisent en effet avec les voyages “hors des sentiers” et peuvent, à travers leurs désirs d’expérience de voyages différents, repousser leur horizon de “désir voyageur27. L’expérience in situ de situations géographiques et de sociétés différentes va permettre au voyageur de repousser chaque fois son “horizon d’altérité28 et d’affronter des lieux de plus en plus éloignés de son quotidien et de sa propre culture. La lecture de carnets de voyages amène-t-elle au désir d’autres formes de mobilité ? Réaliser un carnet de voyage favorise-t-il des compétences et des savoir-faire dont la capitalisation peut contribuer à améliorer sa mobilité ?

Le touriste carnettiste, un “créatif culturel” acteur de son voyage

8De plus, le carnet de voyage incite à un voyage personnalisé dans lequel le participant s’implique et devient actif par sa démarche créative, donc attentif au monde. La collection “Exploration aventure” de Gédéon Programmes présente la découverte singulière d’un illustrateur-voyageur qui parcourt, dessine le monde et transmet au lecteur un rapport différent au temps et au voyage : rester de longues heures en un lieu pour l’observer et en faire un rendu dessiné, donc vivre un voyage “non touristique”. La quête du voyage est parfois originale en fonction du point de vue du voyageur, qui en fait un thème de recherche personnelle ou professionnelle : à titre d’exemple, la route des parfums29 développée par Nicolas de Barry et Laurent Granier dans L’Inde des parfums ou par Michel Le Louarn dans Les Parfums d’Orient : Alep, échelle du Levant ; la quête musicale en Inde par Éric Roux-Fontaine dans Rajasthan : un voyage aux sources gitanes ou par Philippe Puget et Marc Ingrand dans Au rythme du raga : de Calcutta à Bombay. Catherine Legrand, quant à elle, évoque sa recherche de styliste à travers ses périples dans Textiles et vêtements du monde : carnet de voyage d’une styliste. Dans le carnet de voyage, l’éveil des sens est suscité grâce à une combinaison de supports (ouvrage avec CD ou DVD), mais aussi grâce à la création plastique afin de parler aux sens (Argod, 2009, 2014) : vue, odorat et goût. Par exemple, le carnet de voyage de Claudie Baran, intitulé Carnet d’Amazonie, livre la beauté envahissante et angoissante de la forêt tropicale en mêlant nervures de feuilles, écorces et insectes collectés aux expressions picturales.

  • 30 Voir l’exposition “Zellidja, carnets de voyage”, du 17 mai au 7 juillet 2013 à la BNF. 10 000 jeune (...)
  • 31 Pour acquérir, selon ses termes, “un caractère forgé par le voyage”.
  • 32 3 000 rapports donnés au département des Cartes et plans de la BNF.
  • 33 Voir les carnets de voyages numérisés dans l’interface “Gallica intra-muros” de la BNF.
  • 34 Du 15 au 17 novembre 2013. http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com
  • 35 Extrait de la préface du Catalogue d’exposition du musée de la Poste de Paris. Pascale Argod, musée (...)
  • 36 Tzvetan Todorov, Nous et les autres : la réflexion française sur la diversité humaine, éditions du (...)

9Les bourses Zellidja30, lancées par l’architecte et géologue Jean Walter en 1939, ont contribué à cette diffusion du voyage d’apprentissage31. Le rapport en trois parties que doit rédiger le bénéficiaire de la bourse32 rappelle quelques caractéristiques du carnet de voyage : un journal de route, narration quotidienne des épisodes de son voyage et réceptacle de ses impressions, un rapport d’étude sur le thème choisi et un carnet de comptes qui atteste de l’emploi de l’argent de la bourse et des petits boulots exercés. Ainsi, Alain Bouldouyre propose un carnet sur New York33 de son voyage réalisé en 1966, révélateur de son talent de carnettiste, ouvrage exposé au 14e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand34. Les bourses Zellidja représentées à cette manifestation, ainsi que la Guilde européenne du raid, ont incité à voyager autrement pour apprendre au contact de l’autre. Si le voyage forme la jeunesse, le carnet en serait le passeport, comme une initiation à la rencontre de la différence culturelle et à la réflexion sur la perception de l’ailleurs35. Le marketing touristique fait plus que de cibler des catégories de voyageurs36 ou de touristes (Cohen, 1984), il apporte de nouvelles valeurs à l’expérience touristique.

Une éthique du voyage vers la quête de “l’authentique”

10À l’ère des flux, du mouvement et du virtuel, le carnet de voyage renoue paradoxalement avec la rareté du témoignage devenu œuvre d’art et avec la matérialité du voyage consignant une philosophie du vivre. Essai de vérité, de liberté, de tolérance et d’émotion personnelle, le carnet de voyage est un manifeste pour le voyage authentique et pluriel et pour la liberté d’aller à la rencontre de l’autre sans frontières. L’expérience touristique sensible y est valorisée comme un élargissement des connaissances et des aptitudes grâce aux sens et au souvenir qui reste gravé dans la mémoire, retranscrit dans le carnet. Voir par soi-même, sentir, ressentir, éprouver la réalité, l’analyser, la comparer permettent de construire et de déterminer son identité. Nous pourrions évoquer cinq apports du carnet de voyage à une philosophie du voyage prônée par le carnettiste : la révélation de soi et du monde, le cheminement initiatique, la rencontre interculturelle, le ressourcement et la construction identitaire, la liberté d’expression et de circulation. Ainsi nous envisagerons cinq types de carnets concernant l’expérience touristique médiatisée :

    • 37 Le peintre et carnettiste italien Stefano Favarelli, intervenant à l’école du voyage de Turin, évoq (...)

    le carnet de voyage dévoilement37 : révélation de soi et de la découverte du monde ;

  • le carnet de voyage dépassement : odyssée et chemin initiatique du vécu et de dépassement des frontières, témoignage de “l’extime” ;

  • le carnet de voyage interculturel : passeport vers l’autre et rencontre interculturelle, valeurs d’égalité et de respect, pont entre les cultures ;

  • le carnet de voyage identité : ressourcement et développement personnel, construction de soi, de ses racines, de son identité et de sa culture par confrontation à l’autre ;

  • le carnet de voyage liberté : manifeste des libertés et de l’expression comme essai de vérité et de pluralisme d’expression, liberté du voyage, émotion personnelle, quête du nomadisme…

Un marketing expérientiel de la culture et de la rencontre de l’autre

11Le voyage-stage de pratique artistique comme le carnet de voyage participent du marketing expérientiel qui offre une expérience sensible de consommation : il s’agit d’inciter à vivre une expérience génératrice d’émotions (Holbrook et Hirschman, 1982) et sollicitant les cinq sens dans une relation personnalisée. Le carnettiste souhaite en effet la promesse d’expériences mémorables lors de sa découverte sur le terrain et d’autant plus que, muni d’un carnet et de pinceaux, il devient alors acteur de son voyage en lui donnant du sens mais aussi un rôle de constructeur de son identité. L’expérience culturelle est en relation avec un marketing expérientiel (Bourgeon-Renault et Marc Filser, 1993). L’implication physique et psychologique (Pine et Gilmore, 1999) est le fondement de ce type de marketing dans lequel l’expérience transforme. Le guide met en scène la destination et les lieux et le voyageur recherche l’expérience et la sensation, objets de souvenir du voyage. La mise en sensations (sense), en émotions (feel), en pensées (think), en actions (act) et en liens (relate) de l’expérience de consommation (Schmitt, 1999) caractérise le tourisme créatif mis en œuvre par les arts visuels. En plus de l’expérience sensorielle que représentent la réalisation d’un carnet de voyage ou la pratique artistique sur un site touristique, il s’agit aussi de valoriser l’échange, la rencontre et l’interaction avec l’autre, le lieu, ou entre carnettistes qui vivent la même expérience.

12L’expérience et la rencontre seraient donc les pivots de la valorisation du médium “carnet de voyage” qui prône l’authentique, le sensible et le vécu. La notion de tourisme alternatif, qui comprend toutes les formes d’écotourisme, tourisme rural, équitable, solidaire, responsable et social, semblerait offrir des atouts de marketing pour un voyage personnalisé et “customisé”, tel que le reflète si bien le carnet autobiographique du voyage, mémoire artistique et intime du périple. D’ailleurs, l’un des créateurs de l’association Il faut aller voir, organisatrice de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, Jean-Pierre Frachon38, prône les “voyages éthiques” dans le cadre d’expéditions pédestres qu’il organise pour la société de voyages d’aventure et d’exploration Atalante. Créée le 1er avril 1986 par Christophe Leservoisier et Frédéric Faure, passionnés de haute montagne et de nouveaux espaces à explorer, Atalante, une des premières agences de “voyages éthiques”, se définit comme “un artisan du voyage fortement engagé dans une démarche de Tourisme responsable” d’éveil par le voyage “autour des cinq sens”39. Le voyagiste utilise d’ailleurs le carnet de voyage comme marketing d’un tourisme sensitif, sensible, authentique et fondé sur l’expérience à travers des ateliers de pratiques artistiques en voyage organisés par un carnettiste.

13La rencontre est mise en exergue dans le carnet de voyage à travers des portraits croqués, dessinés, aquarellés, et des entretiens qui évoquent le lien créé avec l’autochtone : ainsi depuis Alger, simples confidences d’Elsie Herberstein et Zahia Hafs, les carnettistes évoquent leurs rencontres, que ce soient Titouan Lamazou dans Zoé Zoé : femmes du monde, dans Ténèbres au Paradis40 ou Afghanes, ou le groupe des Carnettistes tribulants dans leur dernière publication intitulée Paysannes : carnet de rencontres avec des femmes engagées. La série d’animation Portraits de voyages, réalisée par Bastien Dubois41, qui réunit vingt carnets de voyages à travers le monde, évoque aussi la rencontre de l’autre dans sa différence et son parcours de vie. Autre exemple, le webdocumentaire Montréal en 12 lieux42, de Claire Buffet et Franck Desvernes, propose pour chaque lieu la rencontre de l’habitant-citoyen qui “incarne l’âme du lieu” selon trois modes (“visionner”, “explorer” et “participer”) et qui ouvre les voies du tourisme créatif : à travers Montréal, chaque spectateur aborde l’espace selon la psychologie de l’habitant du lieu choisi, donc selon la culture et le vécu de l’autre. L’altérité fabrique l’image du lieu afin de forger une identité spatiale par la représentation, et non par une pratique personnelle de l’espace.

Les développements polymorphes d’un tourisme culturel et créatif

14Le tourisme culturel et créatif à partir des arts visuels et graphiques se développe à trois niveaux : les formes éditoriales et médiatiques, les narrations touristiques et les manifestations culturelles. Le carnet de voyage audiovisuel et le blog de voyage sont les médiums d’un tourisme culturel, créatif et affinitaire, et des projets de storytelling touristique émergent en étroite liaison avec la réalisation de carnets de voyage. De plus l’Auvergne tendrait à s’inscrire comme pôle international des arts visuels et à devenir une “région créative”, selon la définition d’Anne Gombault (2010).

Le carnet de voyage audiovisuel et le blog de voyage, médiums d’un tourisme culturel, créatif et affinitaire

15À partir des expériences et des images de soi et de l’autre retranscrites, le carnet de voyage audiovisuel (Argod, 2011) et le blog de voyage médiatisent un tourisme culturel, créatif et affinitaire. La série Des trains pas comme les autres, diffusée sur France 5 dans l’émission Échappées belles, permet de découvrir la destination choisie à travers les rencontres du journaliste voyageur, Philippe Gougler, qui pose des questions aux autochtones sur leur mode de vie, leur quotidien et surtout leurs croyances : notamment au Vietnam, au Pérou et en Inde. Ces pays touristiques sont en effet tournés vers un tourisme de masse qu’il s’agit de faire évoluer vers la quête de l’autre et vers le tourisme solidaire. Le magazine Les Aventuriers d’Explô de Laurent Bignolas sur France Ô médiatise un voyage actif tourné vers l’aventure, l’originalité ou l’ethnographie, comme l’évoque Marianne Chaud dans Himalaya : le chemin du ciel43. Le tour du monde avec la journaliste non voyante Sophie Massieu ouvre le carnet de voyage vers la découverte de l’environnement par les sens, le toucher et le faire. Intitulés Dans tes yeux et diffusés sur Arte, ses carnets sur l’Andalousie, la Camargue, la Laponie, l’île de La Réunion, Salvador de Bahia multiplient les expériences – partagées avec l’autochtone – d’activités créatives (de la cuisine à l’artisanat ou à la pratique musicale). La participation, en sollicitant d’autres sens que la vue, est la force de cette approche du voyage où l’expérience vécue est au centre du propos journalistique. André Manoukian et Marie-Claude Margossian ont proposé la découverte d’un pays à travers la pratique et l’histoire musicale dans Musique : Tété ou Dédé ?, alors que d’autres carnets de voyage audio-visuels ont envisagé une quête en ethnomusique : Himalaya, un voyage en musique de Tullio Rizzato et Carine Rochez ; La Danse de l’enchanteresse d’Adoor Gopalakrishnan et Brigitte Chataignier, en Inde. La pratique du dessin et de la peinture en voyage a été le sujet de la série Carnets de voyage de Gédéon Programmes et Arte, en 2007. Par exemple, Carnets de voyage : la Namibie, par Elsie Herberstein, retrace l’expérience vécue par la carnettiste lors de son périple et montre la manière dont elle réalise son carnet au fil de la route et des contacts locaux qu’elle noue. Pratique reprise par Jullien Malland, dans la série Globe-painter diffusée sur Canal Plus, sur le Street Art à travers le monde. Quant à Julie Andrieu, elle développe la pratique de la cuisine à travers les pays du monde et les régions françaises dans Fourchette et sac à dos. Ainsi, ces carnets de voyage médiatisent un tourisme créatif qui implique l’apprentissage d’une compétence liée à la culture du pays et sont aussi la mémoire de l’expérience vécue. Le carnettiste explore son potentiel créatif et relationnel en participant à des expériences formatrices issues de la culture locale.

Projets de storytelling touristique44

16Des projets de carnet de voyage émergent : par exemple, “Paris capitale de la création ; “Autour du textile en Seine-Saint-Denis” ; “Le Voyage à Nantes”, pour découvrir l’art contemporain dans la ville de Nantes). Deux projets moins connus qui proposent une découverte de lieux à partir de la pratique des arts graphiques ont été présentés au Rendez-vous du carnet de voyage 2013 : la démarche des Urban Sketchers (USk) et le projet Arterra de Raphael d’Aligny. Le collectif Urban Sketchers45 met en avant la valeur artistique, narrative et pédagogique du dessin in situ qui en fait la promotion et crée des liens grâce au Web entre “croqueurs dans le monde entier, qu’ils soient chez eux ou en voyage”. Les 24 sketchers français46 se sont fédérés pour partager leurs dessins sur leur blog et sur le groupe Flickr USk France autour du Manifeste Urban Sketchers afin de montrer “le monde de dessin en dessin” : art in situ sur le vif, témoignage du quotidien, archives de lieux et d’instants, fidélité au réel, diversité de techniques et de styles artistiques, pratique artistique en groupe et partage des œuvres. Des manifestations dans le monde et en France consacrent cette pratique : ainsi Barcelone, capitale du tourisme créatif, a accueilli le Symposium international Urban Sketchers47, puis Lyon a été le lieu de la Rencontre nationale des Urban Sketchers. Le succès du réseau a permis la publication en 2013 de l’ouvrage de Gabriel Campanario : Carnets de voyage, l’art du croquis urbain : dessiner le monde, de ville en ville. Le projet intitulé “Arterra48” d’un itinéraire interculturel transnational Europe-Balkans-Méditerranée valoriserait un tourisme solidaire relié à la découverte archéologique. Raphael d’Aligny, cofondateur de l’association Itinerarium Burdigalense, promeut cet itinéraire culturel, vert et solidaire en Euro-Méditerranée, fondé sur la route de l’Anonyme de Bordeaux49 à partir de l’un des premiers carnets de voyage connus listant des étapes culturelles de l’Atlantique à la mer Morte. La route culturelle Euro-Méditerranéenne d’échanges et de diversité entre Bordeaux, Rome, Istanbul et Jérusalem, qui propose 500 étapes de 10 à 25 kilomètres de l’Atlantique à la mer Morte, fut reprise par de nombreux voyageurs, au nombre desquels Chateaubriand dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem. Aussi, un projet d’appel à réalisation de carnets de voyage illustrant chaque étape sera sans doute lancé à destination des carnettistes lors d’un prochain Rendez-vous du carnet de voyage et permettra alors de retracer cet axe de voyage actuel.

La région créative50 Auvergne et le creative space51 Clermont-Ferrand, pôle international des arts visuels

17La ville de Clermont-Ferrand s’est faite de l’image et des arts visuels une spécificité nationale et internationale à travers la création, au début des années 1990, de trois festivals : Vidéoformes52, festival international art vidéo et cultures numériques, depuis 1984 ; Traces de vie53, les rencontres du film documentaire, depuis 1991 ; et Sauve qui peut le court-métrage, depuis 1993, qui assure par ailleurs la coordination régionale de Passeurs d’images54. En 2000, Clermont-Ferrand devient “une terre de festivals d’images” avec la création de deux autres festivals : Nicéphore55, festival de la photographie ; et Rendez-vous du carnet de voyage56. Ainsi cinq festivals font de la ville de Clermont-Ferrand un pôle international du tourisme créatif autour de l’image et de tous les supports (numérique, audiovisuel et fixe). Elle devient ainsi le pivot d’un tourisme créatif et culturel dans la région Auvergne. Observatoire permanent des évolutions de la vidéo et des cultures numériques dans l’art contemporain, Vidéoformes est un espace de présentation, de rencontre et de réflexion pour les artistes, les professionnels et le public. Il présente chaque année à Clermont-Ferrand une manifestation internationale : vidéos, performances, installations, projections nocturnes extérieures et rencontres pour découvrir, comprendre et échanger autour de nouvelles formes et de nouveaux langages artistiques. Depuis 1995, il propose des actions d’éducation à l’image, dont le concours vidéo “Une minute” depuis 1998. En 1999, l’Espace culture multimédi@ est créé pour valoriser son centre de ressources sur les nouvelles technologies, avec un fonds unique composé de vidéos d’artistes ou de producteurs indépendants, ainsi que la “Nuit des arts électroniques”. Depuis 2003, il accueille des artistes en résidence afin de promouvoir leurs productions en France et à l’étranger. Vidéoformes intéresse “chaque année 8 500 à 10 000 spectateurs qui découvrent entre 350 et 4 000 œuvres, 300 à 350 vidéos, 15 à 20 installations dans la ville et 5 à 8 performances audiovisuelles57. Le festival du court-métrage “Sauve qui peut le court-métrage” assure la coordination régionale de Passeurs d’images et un marché du film court où se rencontrent 3 000 professionnels. Sous l’impulsion de la Drac et de Sauve qui peut le court-métrage, a été mis en place, en 1993, en Auvergne, Un été au ciné, devenu Passeurs d’images aujourd’hui et présent dans 12 villes de la région : en dix jours, plus de 154 150 entrées58 pour plus de 400 films et 3 000 professionnels qui visionnent 7 000 films reçus par l’équipe de Sauve qui peut le court-métrage. Le comité de sélection nationale a retenu 63 films et celui de la sélection internationale a constitué 14 programmes composés de 77 films. Sur les 131 pays ayant présenté des films en 2013, 55 pays ont participé à la compétition internationale59. Le plateau de 1 000 mètres carrés où organismes, sociétés de production, distributeurs, industries techniques, associations mettent en valeur leurs activités et présentent leurs films, correspond à 135 sociétés et à plus de 247 professionnels exposants, référencés en organisme, distribution vente, festival, ainsi qu’une soixantaine de professionnels référencés en industrie technique, édition DVD, école de cinéma, achat courts-métrages. Le festival du film documentaire Traces de vies, véritable tribune de cinéastes engagés à travers le documentaire, s’impose aujourd’hui comme le troisième festival de documentaires en France avec plus de 7 500 entrées. Le festival international de photographie Nicéphore, de l’association Sténopé, offre l’accès à des expositions de dimension internationale sur plus de 20 sites, répartis sur la ville et la périphérie. Le Rendez-vous du carnet de voyage est une manifestation culturelle et artistique qui rassemble 130 carnetttistes exposant leurs carnets de voyage originaux, propose des projections cinématographiques, des conférences et des ateliers de pratique artistique, et consacre le genre intermédia, de l’ouvrage au blog, du carnet de voyage. Avec une trentaine de carnettistes européens invités chaque année et 18 000 visiteurs sur trois jours, cette manifestation a pris une envergure nationale et européenne. La maxime d’Ella Maillart (“Il faut aller voir”), reprise par l’association organisatrice, Ifav, pourrait être celle de la ville de Clermont-Ferrand, qui a su faire converger et perdurer les initiatives associatives depuis plus de vingt ans autour du “voir” et devenir un “creative space” du tourisme créatif, au niveau national et international, qui totalise au moins 190 000 visiteurs par an60.

Conclusion

18Le tourisme créatif repose sur l’expérience, vécue, sensible (par les sens) et initiatique : le voyageur s’immerge dans la culture locale pour vivre au plus près les us et coutumes, rencontrer l’autre et partager avec lui. Le “faire” permet alors d’apprendre et d’évoluer afin d’“habiter le monde”. Le carnet de voyage, qui valorise un tourisme “hors des sentiers battus”, un éveil des sens et une éthique du voyage, semble lié au marketing d’un tourisme sensitif, authentique et expérientiel. Les arts visuels et graphiques sont au cœur du carnet de voyage mais aussi, de manière générale, du développement du tourisme créatif (cf. tableau 1). La pratique artistique est en effet intégrée dans le tourisme régional : des peintres, des carnettistes et des illustrateurs valorisent de leurs traits la Bretagne et le Midi, régions “pittoresques” (dignes d’être peintes) et destinations touristiques emblématiques. Les artistes carnettistes participent de la valorisation du tourisme créatif en organisant des voyages-ateliers de pratique artistique, notamment de carnet de voyage, et incitent aux projets d’expériences polysensorielles et de storytelling touristique. La région Auvergne s’est orientée vers le tourisme créatif en devenant un pôle international des arts visuels. La médiation touristique innovante repose sur une palette de genres éditoriaux, sur le carnet de voyage audiovisuel et sur le blog de voyage, médiums d’un tourisme culturel, créatif et affinitaire. Inciter au départ et ouvrir de nouveaux horizons pour faire et apprendre est la devise des touristes “cultural creative” contemporains, et est un reflet du “creative turn” (Richards et Wilson, 2007b).

Haut de page

Bibliographie

Adcep, Le Tourisme à l’heure du touriste créatif, actes du colloque (Paris, 6-7 décembre 2012), Adcep, 2013.

Pascale Argod, Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique, thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Bordeaux III, décembre 2009.

Pascale Argod, “Le carnet de voyage audio-visuel ou cinématographique : genre intermédial, quête et diffusion du voyage ‘authentique’”, Téoros, août 2011 [http://teoros.revues.org/1184].

Pascale Argod, L’Art du carnet de voyage, coll. “Design-Alternatives”, Gallimard, 2014.

Dominique Bourgeon-Renault et Marc Filser, “Les apports du modèle expérientiel à l’analyse du comportement dans le domaine culturel”, actes du 9° Congrès de l’Association française de marketing, Aix-Marseille, 1993.

Collectif, “Storytelling et tourisme”, Espaces, tourisme et loisirs, n° 298, décembre 2011.

Erik Cohen, “Sociology of tourism: approaches, issues and findings”, Annual Revue of Sociology, vol. 10, 1984.

Équipe Mit, Tourismes 1. Lieux communs, coll. “Mappemonde”, Belin, 2002.

Graeme Evans, “Creative spaces, tourism and the city”, dans Greg Richards et Julie Wilson, Tourism, Creativity and Development, Routledge, 2007.

Anne Gombault, “Patrimoine, création et tourisme. Pour développer des ‘régions créatives’”, Espaces, tourisme et loisirs, n° 283, juillet 2010.

Anne Gombault, “Tourisme et création : les hypermodernes”, Mondes du tourisme, n° 4, 2011.

Morris B. Holbrook et Elizabeth C. Hirschman, “The experiential aspects of consumption: consumer fantasies, feelings and fun”, Journal of Consumer Research, vol. 9, n° 2, 1982.

Franck Michel, Désirs d’ailleurs, Armand Colin, 2000.

B. Joseph Pine et James H. Gilmore, The Experience Economy: Work Is Theater & Every Business a Stage, Harvard Business School Press, 1999.

Paul H. Ray et Sherry Ruth Anderson, Émergence des “créatifs culturels”, un changement de société : enquête sur une population croissante tournée vers l’écologie, les valeurs féminines, le social et le développement psychospirituel, Éditions Yves Michel, 2001.

Greg Richards et Julie Wilson, Tourism, Creativity and Development, Routledge, 2007a.

Greg Richards et Julie Wilson, “The creative turn in regeneration: creative spaces, spectacles and tourism in cities”, dans Melanie K. Smith (dir.), Tourism, Culture and Regeneration, Cabi, 2007b.

Bernd H. Schmitt, Experiential Marketing: How to Get Customers to Sense, Feel, Think, Act and Relate to Your Company and Brands, Free Press, 1999.

Tzvetan Todorov, Nous et les autres : la réflexion française sur la diversité humaine, Seuil, 1989.

Haut de page

Annexe

Corpus

Pascale Argod, Carnet de voyage-reportage : intermédialité, interculturalité, médiation, patrimoine, carnet de recherche en ligne, Hypotheses.org, avril 2012 [http://cdevoyage.hypotheses.org/​lobjet-culturel-et-visuel].

Pascale Argod, “Quatre Pearltrees sur le carnet de voyage : carnet de voyage, genre éditorial - sous-genres du carnet de voyage - carnet de voyage intermédia (tous supports) - outil pédagogique du carnet de voyage répertoires de 200 liens web”, dans Carnet de voyage-reportage : intermédialité, interculturalité, médiation, patrimoine, carnet de recherche en ligne, Hypotheses.org, avril 2012.

  1. Carnets de voyage et tourisme créatif

  • sur des voyages sensitifs

Nicolas de Barry, Laurent Granier, L’Inde des parfums, éd. Garde-Temps, 2004.

Michel Le Louarn, Les Parfums d’Orient : Alep, échelle du Levant, éd. Garde-Temps, 2002.

Catherine Legrand, Textiles et vêtements du monde : carnet de voyage d’une styliste, Aubanel, 2007.

Julien Seth Malland, Globe-painter : 7 mois de voyages et de grafitti, Alternatives, 2007.

Éric Roux-Fontaine, Thierry Robin, Sergio D Mondelon, Rajasthan : un voyage aux sources gitanes, éd. Garde-Temps, 2004.

Philippe Puget, Marc Ingrand, Au rythme du raga : de Calcutta à Bombay, Bachari, 2008.

Philippe Rousseau, Passeport pour une Russie : mes pas captent le vent, coll. “Passeport pour”, Elytis, 2010.

  • sur les voyages d’études avec bourses Zellidja

Exposition Zellidja, carnets de voyage, BNF, du 17 mai 2013 au 3 août 2013.

Carnets de voyages numérisés : Alain Bouldouyre, New York, 1966 ; Alan Debroise, Bonjour M. Lautrec, 1960 ; Pierre Ezvan, Les Vieilles Constructions de bois en Finlande et en Norvège, 1969 ; Jean-Pierre Hary, DP 1473. La pêche dans la Manche et les Cornouailles, 1956 ; Paul Oudart, Vestiges de l’art roman en Auvergne, 1955 ; Ophélie Prevel, Ambiances culturelles au fil du chemin de fer d’Italie à la Turquie, 2003.

Rémi Heude, Gilles Fumey, “Zellidja, l’aventure des voyages par les carnets”, La Géographie, n° 1549, avril-mai-juin 2013.

  • sur les arts de la scène

Catherine Beauvallet, Manu Reisch, Que cir que : du montage au démontage, coll. “Carnet de voyages”, Gallimard, 2001.

Catherine Beauvallet, Nathalie Cloutier, Lorraine Vaillancourt, NEM, le Nouvel Ensemble moderne : un parcours d’ensemble contemporain 1989-2009, Lorraine Vallaincourt, 2009.

Michel Costiou, Le Cirque : reportages graphiques, préface Fly de Latour, IDLivre, 2006.

Michel Costiou, La Danse : reportages graphiques, préface Jean Guizerix, IDLivre, 2006.

  • sur le patrimoine régional ou naturel

Arnaud d’Aunay, Vauban, génie maritime, Gallimard, 2007.

Cathy Beauvallet, Elsie Herberstein, Damien Chavanat, Jérôme Pruneau, Sète : surprenant voyage, préface François Commeinhes, Jalan, 2005.

Marie-Christine Besset-Sinais, Frédéric Besset-Sinais, Oléron, trésors de l’île, Geste éditions, 2012.

Marie-Christine Besset-Sinais, Frédéric Besset-Sinais, Châteaux et grandes demeures de la Haute-Vienne, Geste éditions, 2012.

Anne Bronner, Les Vosges : carnet d’aquarelles, éd. De Borée, 2013.

Anne Bronner, L’Alsace au bout de mon pinceau, Les Petites Vagues, 2009.

René Bruni, Bernard Caramante, Provence des fontaines, Équinoxe, 2004.

Gabriel Campanario, Carnets de voyage, l’art du croquis urbain : dessiner le monde, de ville en ville, Eyrolles, 2013.

Collection “Carrés de jardins” de Gallimard : 10 titres de 2005 à 2009.

Collection “Carnets du littoral” de Gallimard Jeunesse : 23 titres de 1996 à 2000.

Vincent Desplanche, Au fil du Lot, Gallimard, 2002.

Marie-Madeleine Flambard, Ports et mouillages en Bretagne, Ouest-France, 1998.

Dominique Gattiker, Les Carnets du promeneur solitaire : la Côte d’Émeraude, Nouvelles Impressions, 2012.

Gérard Guillier, L’Abbaye du Mont-Saint-Michel : bâtir pour un archange, Équinoxes, 2011.

Anne Le Maître, Autour des grandes traversées du Jura, Rouergue, 2012.

  1. Carnets de voyage audio-visuels et tourisme créatif

  • Quête musicale

Tullio Rizzato, Carine Rochez, Himalaya, un voyage en musiques (avec CD), Transboréal, 2008.

Mika Kaurismäki, Moro no Brasil : un voyage au cœur de la musique brésilienne, Films sans frontières, 2005 (DVD).

Adoor Gopalakrishnan et Brigitte Chataignier, La Danse de l’enchanteresse, Les Films du Paradoxe, 2009 (DVD).

André Manoukian, Marie-Claude Margossian, Musique : Tété ou Dédé ?, séries documentaires diffusées sur France 5 à partir de 2008. (Destinations : États-Unis, Cuba, l’Afrique du Sud, l’Éthiopie, le nord et le sud du Brésil, l’Argentine, la Jamaïque).

  • Quête artistique

Carnets de voyage, Gédéon Programmes/Arte, série documentaire diffusée sur Arte depuis 2007. [http://www.arte.tv/​fr/​carnets-de-voyage/​1785436.html].

Les Nouveaux Explorateurs, émission diffusée sur Canal Plus [http://www.canalplus.fr/​c-infos-documentaires/​pid4058-c-les-nouveaux-explorateurs.html].

Fourchette et sac à dos, avec Julie Andrieu, série documentaire produite par Coyotte et J. A. Productions, 2007-2012.

  • Quête interculturelle

Sur les traces de Tintin, série documentaire de 5 épisodes, Gédéon Programmes/Arte, Moulinsart Multimédia, CNC, 2010 [http://www.arte.tv/​fr/​les-films/​3284196.html] (DVD).

Zhou Weiping, Peter Hercombe et Michel Noll, La Route du thé, ou l’aventure millénaire d’une petite feuille aux mille vertus, ICTV (DVD).

Vincent Leduc, La Thaïlande, les chemins du sourire, documentaire diffusé sur France 5, 2012.

Regards d’ailleurs, carnets de voyages de globe-trotters diffusés sur France 3, 2012.

Sur la route des Indes, 4 reportages du magazine Thalassa sur France 3 présenté par Georges Pernoud, 2010.

J’irai dormir chez vous, série documentaire animée par Antoine de Maximy et diffusée depuis 2004 sur les chaînes Voyage, Canal Plus, puis France 5.

Nus et culottés, avec Guillaume Mouton et Nans Thomassey, émission diffusée sur France 5 depuis 2012.

Planète très insolite, série documentaire TV diffusée en France sur les chaînes France 5 et Voyage.

Marianne Chaud, Himalaya : le chemin du ciel, film documentaire, ZED, 2008.

Des trains pas comme les autres, avec Philippe Gougler, série documentaire française reprise sur France 5 depuis 2011, dans l’émission Échappées belles.

Les Aventuriers d’Explô, avec Laurent Bignolas, magazine diffusé sur France Ô, depuis 2013.

Dans tes yeux, avec Sophie Massieu, série documentaire diffusée sur Arte, 2012.

  1. Valorisation d’un tourisme créatif dans l’édition

  • Guides touristiques sur Paris

Béatrice Billon, Barbara Boespflug, Pierre-Olivier Signe, Paris fait son cinéma, Chêne, 2012.

John Hirvois, Paris à vélo : dans la roue du guide, Passiflore, 2013.

Sophie Lemp, Cours et ateliers d’art à Paris, Parigramme, 2010 (nouvelle édition 2014).

My Little Paris : le Paris secret des Parisiennes, Chêne, 2010.

Virginie Sauner, Joseph Leblanc, Paris énigmes : 14 jeux de piste thématiques pour redécouvrir Paris en s’amusant, Hachette Tourisme, 2007.

Virginie Sauner, Joseph Leblanc, Jeux de piste à Paris : des balades insolites pour secouer vos neurones !, Hachette Tourisme, 2011.

Thibaut Vandorselaer, Paris BD : la capitale redessinée, éd. du Signe, 2009.

  • Pratique artistique sur des sites touristiques

André Cariou et Philippe Gloaguen, La Bretagne et ses peintres : 15 itinéraires touristiques, coll. “Le Guide du routard”, Hachette, 2011.

Collection “L’Itinéraire du peintre”, Ouest-France, 10 titres de 2004 à 2012 :

  • Yvon Carlo, Peindre la Bretagne à l’aquarelle, 2004.

  • Dominique Darras, Peindre la Flandre et la Côte d’Opale à l’aquarelle, 2005

  • Marie-Madeleine Flambard, Peindre la Provence à l’aquarelle, 2005.

  • Yvon Carlo, Des îles aux vignobles : peindre les Charentes à l’aquarelle, 2007.

  • Yvon Carlo, Dominique Darras, Marie-Madeleine Flambard et al., Peindre les bords de mer à l’aquarelle, 2009.

  • Isabelle Issaverdens, Peindre la Normandie à l’aquarelle, 2009.

  • Gilles Ronin, Peindre Paris à l’aquarelle, 2009.

  • Gilles Ronin, Peindre les paysages de Gironde à l’aquarelle, 2010.

  • Isabelle Issaverdens, Peindre les bords de Loire à l’aquarelle : de Nantes à Sully-sur-Loire, 2011.

  • Yvon Carlo, Peindre les ports de Bretagne à l’aquarelle, 2012.

Collection “Regard d’artiste”, Ouest-France, 5 titres de 2011 à 2013 :

  • Gilles Ronin, Les Beaux Villages et Châteaux du Périgord : carnet pratique de dessin et aquarelle, 2011.

  • Marie-Madeleine Flambard, La Provence et ses villages : carnet pratique de dessin et d’aquarelle, 2012

  • Isabelle Issaverdens, Les Plus Beaux Sites de la Manche : carnet pratique de dessin et d’aquarelle, 2012.

  • Dominique Darras, La Baie de Somme et ses environs : carnet pratique de dessin et d’aquarelle, 2013.

  • Isabelle Issaverdens, Les Plus Beaux Sites du Perche : carnet pratique de dessin et d’aquarelle, 2013.

Collection “Carnet de croquis”, Dessain et Tolra :

  • Cécile Filliette, Carnets de voyages : l’art de les réaliser, 2010.

  • Jean-François Galmiche, Comment saisir les paysages à l’aquarelle, 2010.

  • Jean-François Galmiche, Villes et architecture à l’aquarelle, 2010.

Paul Jacquette, Peindre à l’huile : scène de Bretagne, Ouest-France, 2011.

Michèle Reynier, Provence intime : atelier d’aquarelle, Edisud, 2009.

Haut de page

Notes

1 Actes du colloque “Le tourisme à l’heure du touriste créatif”, Paris, 6-7 décembre 2012.

2 Selon Paul H. Ray et Sherry Ruth Anderson, ils incarnent l’écologie, les valeurs féminines et une dimension spirituelle et orienteraient la société vers plus d’humain.

3 Exemple : le rassemblement de “Makers” au Maker Faire de Dublin.

4 Greg Richards, Julie Wilson, “The creative turn in regeneration: creative spaces, spectacles and tourism in cities”, dans Melanie K. Smith (dir.), Tourism, Culture and Regeneration, Cabi, 2007b.

5 Voir l’interview d’Alan Johnston sur France 3 : “Le Marquenterre, d’une hirondelle à l’autre, aquarelles et dessins” : http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/picardie-la-mer/2012/05/13/alan-johnston-le-marquenterre-dune-hirondelle-a-lautre-aquarelles-dessins.html ; et aussi http://www.youtube.com/watch?v=9-YbThSKnFM

6 Exposition du 25 mars au 19 avril 2013 à l’Espace Éducation Art & Culture : http://www.espace-eac.fr/public/index.php/carnets-de-voyages.html Voir aussi : http://www.lecrayonaroulettes.fr/expos/carnet-de-voyage-a-velo et http://allervoir.blogs-de-voyage.fr/books/4112

7 André Cariou et Philippe Gloaguen, La Bretagne et ses peintres : 15 itinéraires touristiques, coll. “Le Guide du routard”, Hachette, 2011.

8 Projet réalisé par la compagnie de danse et arts associés Sylex, et sélectionné par La Fabrique BNSA (Banque du savoir numérique en Aquitaine) du conseil régional d’Aquitaine, en 2012 : http://culturesconnectees.aquitaine.fr/exploration-numerique/detours-jardins

9 Catherine Beauvallet, Manu Reisch, Que cir que : du montage au démontage, coll. “Carnet de voyages”, Gallimard, 2001.

10 http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-les-carnets-de-spectacles

11 http://www.franceculture.fr/2012-01-27-angouleme-2012-bastien-vives-au-concert-de-dessins

12 Du 22 au 30 mai 2013 : Adrien Demont, Vincent Perriot et Guillaume Trouilard, Rica Taga, Olivier Besseron-Cromwell, Nicolas Witko. http://www.rgrd9.com/archives/2013

13 http://www.creativeparis.info

14 Une dizaine de réponses à l’enquête menée auprès d’une quarantaine de carnettistes, en juin 2013. Intitulée “Les voyages-ateliers artistiques organisés par les artistes-carnettistes”, cette enquête est mise en ligne sur le carnet de recherche “Carnet de voyage – reportage” : http://cdevoyage.hypotheses.org

15 http://antonia-neyrins.blogspot.fr

16 http://www.atelier-salamandre.net et http://www.blog.atelier-salamandre.net

17 http://globecroqueur.over-blog.com

18 Philippe Rousseau, Passeport pour une Russie : mes pas captent le vent, coll. “Passeport pour”, Elytis, 2010.

19 Plate-forme de carnets de voyage : http://www.uniterre.com/carnets-de-voyage/stages

20 Pour 2009, voir les fiches de voyage intitulées “Pays dogon croqué” et “Coup de crayon sur Dar Itrane”.

21 À la suite du succès de ses carnets publiés entre 2001 et 2003 chez l’éditeur Flammarion.

22 http://www.spacetravelnotes.com/en/space-hotels-2 et http://www.spacetravelnotes.com/en/scuola-del-viaggio-2

23 “Tips on photographing, drawing and writing to record your travel experiences.”

24 Julien Seth Malland, Globe-painter : 7 mois de voyages et de grafitti, Alternatives, 2007 ; et dans la série Les Nouveaux Explorateurs diffusée sur Canal Plus : http://www.globepainter.com

25 Lauréats du 4e prix France 24-RFI du webdocumentaire : http://www.francetv.fr/defense-d-afficher

26 Deuxième partie de l’enquête menée auprès d’une quarantaine de carnettistes : http://cdevoyage.hypotheses.org

27 Franck Michel, Désirs d’ailleurs, Armand Colin, 2000.

28 Selon les travaux des géographes de l’équipe MIT (Mobilités, itinéraires, tourismes), université Paris-VII-Denis-Diderot, 2002.

29 Idée reprise par la récente collection d’ID Parfums : http://www.ricaud.com/presse/id-parfums.htm et par le carnet de voyage numérique intitulé “Carnet de voyage olfactif sur la route des parfums d’Asie” : http://carnetdevoyageolfactif.com

30 Voir l’exposition “Zellidja, carnets de voyage”, du 17 mai au 7 juillet 2013 à la BNF. 10 000 jeunes voyageurs de 16 à 20 ans sont partis comme voyageurs Zellidja depuis 1939.

31 Pour acquérir, selon ses termes, “un caractère forgé par le voyage”.

32 3 000 rapports donnés au département des Cartes et plans de la BNF.

33 Voir les carnets de voyages numérisés dans l’interface “Gallica intra-muros” de la BNF.

34 Du 15 au 17 novembre 2013. http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com

35 Extrait de la préface du Catalogue d’exposition du musée de la Poste de Paris. Pascale Argod, musée de la Poste, novembre 2010.

36 Tzvetan Todorov, Nous et les autres : la réflexion française sur la diversité humaine, éditions du Seuil, 1989.

37 Le peintre et carnettiste italien Stefano Favarelli, intervenant à l’école du voyage de Turin, évoque le terme arabe safar. http://www.scuoladelviaggio.it/stefanofaravelli_ita.htm

38 Premier Auvergnat à gravir le sommet de l’Everest en 1988 et premier Français à remporter le challenge des Seven Summits en 1991, c’est-à-dire les points culminants de chaque continent. http://www.grandir-au-nepal.org/docs/Grandir_au_Nepal--Frachon_parcours_et_vie.pdf

39http://les5sensselonchristian.typepad.com/le_blog_du_monde_selon_ch/2008/03/atalante-et-sa.html

40 http://www.loeilouvert.com/artist/titouan-lamazou

41 http://www.bastiendubois.com/pdv

42 Produit par Urbania à Montréal http://www.mtl12.com

43 http://www.artevod.com/himalayacheminduciel et http://www.transboreal.fr/auteurs.php?id=74

44 Storytelling et tourisme, revue Espaces, n° 298, décembre 2011.

45 http://www.urbansketchers.org

46 http://france.urbansketchers.org

47 Du 11 au 14 juillet 2013. http://www.urbansketchers.org/2012/12/its-official-barcelona-to-host-our-4th.html

48 Raphael d’Aligny, initiateur du projet, souhaite obtenir le label d’itinéraire culturel européen.

49 Premier livre de voyage connu datant de 333, écrit par un pèlerin anonyme, certainement une femme.

50 Anne Gombault, “Patrimoine, création et tourisme. pour développer des ‘régions créatives’”, revue Espaces, n° 283, juillet 2010.

51 Graeme Evans, “Creative spaces, tourism and the city”, dans Greg Richards et Julie Wilson, Tourism, Creativity and Development, Routledge, 2007.

52 http://www.videoformes-fest.com/festival-13

53 http://www.tdv.itsra.net

54 http://www.passeursdimages.fr/Auvergne Un film sur trente est sélectionné dans l’une des trois compétitions nationale, internationale et labo.

55 http://www.stenope-clermont.com

56 http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com

57 Voir le dossier de presse de Vidéoformes 2013 : http://art-culture-france.com/images/pieces_jointes/clermo_5-ferrand_:_exposition_/Dos_Presse_VIDEOFORMES2013_web.pdf

58 Chiffre record fourni par le responsable du festival pour 2013, soit 5 232 entrées de plus qu’en 2011. Le jeune public représente 30 219 entrées.

59 En ce qui concerne le public étranger, l’estimation est imprécise (entre 15 et 20 %).

60 Connaître la proportion de touristes étrangers permettrait d’envisager le rayonnement de ce tourisme culturel de la ville de Clermont-Ferrand axé sur les arts visuels En.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://tourisme.revues.org/docannexe/image/378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Argod, « Arts visuels et médiation d’un tourisme créatif : de l’expérience du voyage, de la pratique artistique et des “créatifs culturels” », Mondes du Tourisme, 10 | 2014, 47-61.

Référence électronique

Pascale Argod, « Arts visuels et médiation d’un tourisme créatif : de l’expérience du voyage, de la pratique artistique et des “créatifs culturels” », Mondes du Tourisme [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 22 mai 2017. URL : http://tourisme.revues.org/378 ; DOI : 10.4000/tourisme.378

Haut de page

Auteur

Pascale Argod

Docteur en sciences de l’information et de la communication, PRCE à Bordeaux IV - ESPE d’Aquitaine - MICA (EA 44 26) de Bordeaux III
[pascale.argod@espe-aquitaine.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mondes du tourisme est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Portail Espaces
  • Revues.org